www.ornitho79.org

Avifaune vulnérable

Avifaune vulnérable des plaines des Deux-Sèvres et des carrières du Poitou

Projets menés par le Groupe Ornithologique des Deux-Sèvres :

 

Limicoles vulnérables 2016/2017

En 2016 et 2017

Dans 5 secteurs : Bocage de l’Argentonnais, la plaine d’Oiron-Thénezay, la plaine du Mellois, les abords du Marais poitevin et le lac du Cébron, pour 3 espèces de limicoles vulnérables nichant en Deux-Sèvres : le Courlis cendré, le Vanneau huppé et l’Œdicnème criard

 

Ce projet a été mis en œuvre en 2016 et 2017 par le GODS dans 4 puis 5 secteurs du département. Plusieurs dispositifs de protection des nids ont été identifiés et en particulier deux d’entre eux, faciles à mettre en œuvre ont été utilisés pour les premiers tests :

 

  • la pose de jalons jaunes en bordure de parcelle et des piquets avec de la ficelle bleue de part et d’autre du nid trouvé,

  • le report de travaux dans une parcelle en prairie lorsque un couple était présent.

 

Dans les 5 zones d’étude, nous avons mis en place la protection des nids des 3 limicoles. Entre 2016 et 2017, plusieurs zones ont été étendues pour permettre de répondre aux objectifs du projet.

Au cours des 2 phases du projet, 200 couples ou nids des espèces visées ont été découverts et suivis : 40 nids de Vanneau huppé, 128 nids d’Œdicnème et criard et 32 couples de Courlis cendré.

Les objectifs ont été dépassés puisqu'au cours des 2 phases nous avons suivis 200 couples ou nids contre 108 prévus. La méthode de protection mise en place pour le Vanneau huppé a permis d’augmenter la réussite de la reproduction.

Pour le Courlis cendré, la protection permet d’augmenter le succès reproducteur, cependant les visites ont entrainé l’échec par prédation. Quant à l’Œdicnème criard, la protection des nids peut avoir un effet négatif sur la nidification, plusieurs nids ayant échoué par prédation suite à leur visite.

Après 2 ans d’étude, il est encore tôt pour tirer des conclusions sur l’efficacité de la protection des nids. Il est apparu que l’année où il y avait peu de micromammifères (Campagnol des champs), la protection physique des nids par leur visite pouvait entrainer un échec de la reproduction par prédation, les prédateurs reportant leur alimentation en rongeurs sur les œufs des nids d’oiseaux. Les exploitants ont bien accueilli ce nouveau projet et le dispositif de balisage des nids. La quasi-totalité des exploitants (96 %) concernés et contactés ont donné leur accord positif pour la protection des nids.

Pour préparer les actions de terrain, les communes ont été prévenues et un flyer de sensibilisation à destination des exploitants a été distribué. En parallèle, les coordinateurs des secteurs ont effectué la formation d’un nombre considérable d’intervenants (118 participants). Quatre sorties et une conférence ont permis de faire découvrir ces espèces au grand public. Suite à la réalisation de ce projet, la protection des nids des 3 espèces continuera dans le cadre du futur projet « Courlis et avifaune associée 2018 ». Le GODS concentrera ses actions sur le suivi et la protection du Courlis cendré mais également dans une moindre mesure sur le Vanneau huppé et sur l’Œdicnème criard. 

 

  • 10 250 ha prospectées sur 5 zones
  • 158 nids ou couples ont été découverts au cours de la saison de reproduction 2017
  • 50 ont nécessité la pose d’un dispositif de protection par signalisation
  • 53 exploitants sensibilisés
  • 74 bénévoles formés au cours de la saison
  • 13 personnes ont participé aux 2 sorties

 

 

Protection des Busards 2016

En 2016

Secteur : plaines de Niort nord-ouest

 

En 2016, les objectifs du programme « Suivi des Busards cendrés marqués en Deux-Sèvres » ont été atteints. Le nombre d’oiseaux marqués nicheurs observés est de 18 individus, soit 13 % des reproducteurs observés. La campagne de protection de 2016 a permis l’envol de 50 jeunes Busards cendrés dont 25 ont été sauvés grâce au actions de protection des nids, soit 50 %. Pour rappel, en moyenne depuis 2010, les 3/4 des jeunes seraient détruits sans actions de protection. Les résultats de la campagne 2016 montrent qu’il est nécessaire d’assurer la continuité de la protection des nichées pour permettre le maintien des populations de Busard cendré en Deux-Sèvres. 

Le suivi des couples nicheurs et la collecte des données de marquage alaire permettent de suivre l’état des populations du Busard cendré. Cette campagne est également marquée par la présence de deux zones à dortoirs de Busards sur la ZPS Plaine de Niort nord-ouest, totalisant un maximum de 70 Busards cendrés. La participation et l’implication des agriculteurs, favorables à la protection des nids dans en majorité, constituent à nouveau un gage d’avenir pour ces espèces, extrêmement dépendantes de celles-ci.

 

Les busards sont des auxiliaires naturels des cultures importants pour les agriculteurs en particulier les années où des pullulations de Campagnol des champs sont observées. Au cours de la campagne 2016, les 8 protecteurs de busards actifs associés au 19 agriculteurs concernés par des nichées de busards ont permis d’assurer le suivi et la protection de 23 nichées de Busard cendré.

 

  • Nombre de nids découverts et suivis : 41

  • Nombre total de jeunes à l’envol : 50

  • Nombre de jeunes volants grâce à la protection : 25

  • Nombre d’individus marqués nicheurs : 18 lus

  • Nombre de participants : 8

  • Nombre d’agriculteurs directement impliqués dans la protection des busards : 19

 

 

Suivi et protection des Busards et des Outardes en 2017

En 2017

Secteur : les ZPS plaine de Niort nord-ouest, plaine de la Mothe-Saint-Héray – Lezay et plaine de Oiron-Thénezay

 

En 2017, les 3 ZPS Plaine de Niort nord-ouest, Plaine d’Oiron-Thénezay, Plaine de La Mothe-St-Héray - Lezay ont fait l’objet de protection des nichées de busards et d’Outarde canepetière. La campagne de protection des nids de busards 2017 a permis l’envol de seulement 36 jeunes de Busard cendré et 2 de Busard des roseaux sur les 3 sites. La totalité des jeunes ont été sauvés grâce aux actions de protection des nids. Ces résultats catastrophiques peuvent s’expliquer par plusieurs évènements au cours de la saison de nidification :

 

  • un manque de ressources alimentaires aussi bien lors du cantonnement des individus nicheurs que lors de l’élevage des jeunes ;

  • des moissons précoces, avec pour la majorité des cultures de plus de deux semaines d’avance par rapport à une année moyenne ;

  • une prédation importante. 

  

Les résultats de la campagne 2017 montrent qu’il est nécessaire d’assurer la continuité de la protection des nichées pour permettre le maintien des populations de busards et notamment du Busard cendré en Deux-Sèvres. Pour la protection des nichées d’Outarde canepetière, les suivis lors de fauches ou lors des reports de fauche ont été organisés sur 74 parcelles. Un seul nid d’Outarde canepetière a été trouvé, en bordure de chemin dans un champ de blé par un exploitant en 2017 sur la ZPS plaine d’Oiron-Thénezay. Les 3 œufs transférés à Zoodyssée ont donné 3 poussins. Au cours de la campagne 2017, les 35 protecteurs de nids ont permis d’assurer le suivi et la protection des nichées des busards et de l’Outarde canepetière sur les 3 ZPS. La participation et l’implication des agriculteurs, favorables à la protection des nids dans leur très large majorité, constitue à nouveau un gage d’avenir pour ces espèces, extrêmement dépendantes de celles-ci.

Suite aux difficultés rencontrées durant cette saison 2017, il faudra faire évoluer nos techniques et trouver de nouveaux moyens de recherche et de surveillance des nids (ex : drone) et de nouvelles méthodes de protection (pour les busards : surfaces de la protection et de la zone non moissonnée à conserver autour des nids) pour optimiser le suivi et limiter l’impact de la protection des nichées.

Enfin, les mauvaises récoltes réalisées depuis 2 ans par de nombreux céréaliers, montrent que les pratiques actuelles commencent à atteindre leur limite. Dans ce contexte, les associations de protection de la nature ainsi que les différents services de l’Etat peuvent commencer à accompagner les exploitants dans leur transition vers une agriculture plus responsable et respectueuse de l’environnement et de la biodiversité en milieu agricole ce qui permettraient à terme de protéger durablement ces espèces.

  

 

 

Livret et exposition Busards 2017/2018

 

De janvier 2017 à décembre 2018

 

Les Deux-Sèvres abritent la population départementale de Busard cendré la plus importante de France. Depuis près de 20 ans, des actions de suivis de la reproduction, de la démographie ou encore de la dispersion juvénile ainsi que des actions de protection sont conduites annuellement dans les plaines départementales. Le GODS a souhaité valoriser ce travail par la publication d'un livret et d'une exposition retraçant cette histoire.

 

  • Centralisation des données issues du GODS, du CEBC, des LPO
  • Analyse et mise en forme des données
  • Recherche iconographique
  • Cartographie
  • Edition d'un livret de 36 pages, 1 000 exemplaires, retraçant 20 ans de suivi et de protection du Busard cendré en Deux-Sèvres
  • Exposition (8 panneaux) destinée au grand public

 

 

 

Courlis et avifaune associée 2018

Dans sa première phase, les études ont été menées sur quatre zones différentes. Le Courlis cendré a été au centre d’une attention particulière sur la Plaine d’Oiron-Thénezay, la Plaine de la Mothe-Saint-Héray – Lezay et la Plaine de Brioux et de Chef-Boutonne, où il a été possible de réaliser le suivi et la protection de 35-36 couples. Sur la zone des abords du Marais-poitevin, 20 couples de Vanneau huppé, 7 couples d’Œdicnème criard ont été suivis et des actions de protection ont été réalisées lorsqu’elles ont été nécessaires. Enfin, le suivi de ces oiseaux a nécessité une mobilisation forte de 22 participants. De nombreux acteurs ont été sensibilisés, dont les 45 exploitants concernés cette saison.

  • Nombre de couples suivis : 40 -> 62-63 couples suivis
  • Nombre de couples protégés : 25 -> 39 couples et nids
  • Nombre de Courlis cendrés suivis, avec pose de balise: 6 -> 0 car aucune action de baguage
  • Nombre d’exploitants sensibilisés : 25 -> 45 exploitants rencontrés
  • Nombre de participants aux formations : 20 -> 18 personnes formées
  • Nombre de participants aux sorties grand public : 30 -> 103 personnes sensibilisées

En 2018, la quasi-totalité des objectifs fixés dans le cadre du projet ont été atteints voire largement dépassés. Il manque seulement 2 participants au formation sur le suivi et la protection des couples et des nids. Les opérations de capture et de baguage effectuées n’ont pas permis la capture malgré les différentes tentatives effectuées et les méthodes utilisées. Le programme personnel "Courlis cendré" a été validé trop tardivement par le CRBPO et en fin de saison de reproduction, les conditions météorologiques ont été défavorables à la capture.

 

 

Oiseaux des carrières du Poitou 2018

Le projet oiseaux des carrières du Poitou a pour objectif sur trois années :

1) Améliorer nos connaissances sur les oiseaux des carrières des Deux-Sèvres et de la Vienne.

2) Créer ou développer des partenariats avec les carriers pour les sites industriels ou les propriétaires de carrières abandonnées.

3) Sensibiliser ces nouveaux partenaires et leurs salariés aux enjeux de conservation relatifs à l’avifaune dans les carrières des Deux-Sèvres et de la Vienne.

4) Proposer des actions, des aménagements et des conseils pour pérenniser, favoriser voir attirer les espèces.

5) Sensibiliser le grand public, les familles des salariés, les scolaires. 6) Valoriser les actions entreprises par les industriels et les propriétaires de carrières pour la préservation des oiseaux par la réalisation de différents outils de communication permettant d’assurer la diffusion des connaissances acquises. 

 

  • Nombre de carrières accueillant du Faucon pèlerin en Deux-Sèvres et en Vienne : 9 (79) et 8 (86)
  • Nombre de carrières accueillant du Traquet motteux en Deux-Sèvres et en Vienne : 1 (79) et 2 (86)
  • Nombre de carrières accueillant de Pipit rousseline en Deux-Sèvres et en Vienne : 0 (79) et 0 (86)
  • Nombre de carrières accueillant du Guêpier d’Europe en Deux-Sèvres et en Vienne : 1 (79) et  10 (86)
  • Nombre de carrières accueillant de l’Hirondelle de rivage en Deux-Sèvres et en Vienne : 2 (79) et  11 (86)

 

Bandeau menu 7 couleurs

 

Logo-FEDER-quadri   LOGO-Hz-Quadri      DREAL Nouvelle-Aquitaine 2018 CMJN original

 

 logo79département-quadri-2015   UNICEM PC-cmjn    UNICEM-Charte