Le comptage international des oiseaux d’eau est organisé par Wetlands International et se veut simultané dans chaque région du monde (Afrique-Eurasie, Asie-Pacifique, Caraïbes…) et sur chacune des voies de migration. Il se déroule sur une fenêtre de 7 jours autour de la mi-janvier. Il permet notamment d'obtenir un instantané de la répartition et des effectifs des populations d’oiseaux d’eau. Année après année, il permet également de comprendre les tendances des populations des différentes espèces, sous-espèces et populations décrites dans un contexte où les menaces qui pèsent sur les zones humides sont croissantes.

 

Pluvier doré Fabrice Conort 5

Pluvier doré © Fabrice Conort

 

Le comptage des oiseaux d'eau dans les Deux-Sèvres en 2023

Avec 22 295 oiseaux dénombrés en Deux-Sèvres, le cru 2023 du comptage Wetlands International se situe dans la moyenne des dix dernières années. Ce chiffre fluctue fortement d’une année à l’autre en fonction des conditions de comptage. On se souvient ainsi de l’édition pour le moins « brumeuse » de 2022.

 

Mais c'est surtout la formation des dortoirs de Laridés, qui constituent à eux seuls 44 % de l’effectif 2023, et l’afflux des Vanneaux huppés et Pluvier doré en lien avec les vagues de froid qui influencent ce chiffre. Ainsi, l’un des deux seuls groupes de Pluvier doré observés cette année comprenait la bagatelle de 2 900 Pluvier doré, sur le communal des Bouasses à Séligné.

Cette année, la première quinzaine de janvier, et plus globalement le début d’hiver particulièrement doux, ont sans doute favorisé le maintien d’hivernants habituellement rares, comme le Chevalier guignette mais surtout le Bihoreau gris, dont 4 individus sont découverts sur un site rarement prospecté. Qui plus est, le groupe comptant jusqu’à 7 Bihoreau qui ont séjourné tout l’hiver à proximité de Pescalis n’a malheureusement pas pu être observé au cours de la décade de mi-janvier, et n’est donc pas pris en compte dans l’effectif 2022, dommage !

En termes de rareté, le sommet de cette édition est sans conteste atteint par ce Butor étoilé, découvert par un club de 5 jeunes et intrépides ornithologues sur un petit étang forestier à Maisontiers.

On a vu relativement peu de Héron garde-bœufs dans le nord du département et seuls quelques groupes ont été rattachés aux zones humides dénombrées. Du côté des anatidés, l’hivernage du Canard siffleur semble décroître au lac du Cébron, alors que c’est une bonne saison pour la Sarcelle d’hiver, peut-être en lien avec le calme obtenu par la suspension de la saison de chasse pour cause de grippe aviaire sur une bonne partie du département.

 
Synthèse_des_comptages_doiseaux_deau_de_la_mi-janvier_pour_les_adhérents_2023_1_page-0001-min.jpg
 
Un grand merci à nos 23 courageux compteurs pour ce bel effort collectif !